Charloun Rieu
Collège
Saint Martin de Crau Tél : 04 90 47 02 22
 

Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions


Objectif 13 : Prendre d’urgence des mesures pour lutter contre les changements climatiques et leurs répercussions


Les changements climatiques affectent désormais tous les pays sur tous les continents. Cela perturbe les économies nationales et affecte des vies, coûte cher aux personnes, aux communautés et aux pays aujourd’hui et même plus demain. Les conditions météorologiques changent, le niveau de la mer monte, les phénomènes météorologiques deviennent plus extrêmes et les émissions de gaz à effet de serre sont maintenant à leur plus haut niveau de l’histoire. Sans action, la température moyenne à la surface du monde devrait dépasser les 3 degrés centigrades ce siècle. Les personnes les plus pauvres et les plus vulnérables sont les plus touchées.


Des solutions abordables et évolutives sont désormais disponibles pour permettre aux pays de passer à des économies plus propres et plus résilientes. Le rythme du changement s’accélère à mesure que de plus en plus de personnes se tournent vers les énergies renouvelables et que d’autres mesures réduiront les émissions et intensifieront les efforts d’adaptation. Le changement climatique est toutefois un défi mondial qui ne respecte pas les frontières nationales. C’est un problème qui nécessite des solutions qui doivent être coordonnées au niveau international pour aider les pays en développement à évoluer vers une économie à faibles émissions de carbone.


Pour renforcer la réponse mondiale à la menace du changement climatique, les pays ont adopté, lors de la COP21, l’Accord de Paris, entré en vigueur en novembre 2016. Dans cet Accord, tous les pays ont convenu de limiter la hausse des températures à 2 degrés centigrades. La mise en œuvre de l’Accord de Paris est essentielle à la réalisation des objectifs de développement durable et fournit une feuille de route pour les actions climatiques qui réduiront les émissions et renforceront la résilience climatique. En avril 2018, 175 parties avaient ratifié l’Accord de Paris et 10 pays en développement avaient présenté leur première version de leurs plans nationaux d’adaptation pour faire face aux changements climatiques.


 En avril 2018, 175 parties avaient ratifié l’Accord de Paris et 168 parties avaient communiqué leurs premières contributions déterminées au niveau national à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques.
 En avril 2018, 10 pays en développement avaient achevé et présenté avec succès leur première version de leurs plans nationaux d’adaptation pour faire face aux changements climatiques.
 Les pays développés parties continuent de progresser vers l’objectif de mobiliser conjointement 100 milliards de dollars par an d’ici 2020 pour des mesures d’atténuation.


Grâce au GIEC, nous savons ce qui suit :


 Entre 1880 et 2012, la température moyenne dans le monde a augmenté de 0,85 degré Celsius. Pour mettre cela en perspective, lorsque la température augmente d’un degré, la production de céréales diminue d’environ 5 %. Le maïs, le blé et les autres récoltes principales ont enregistré une diminution marquée de la production au niveau mondial s’élevant à 40 millions de tonnes par an entre 1981 et 2002 à cause du réchauffement climatique
 Les océans se sont réchauffés, les quantités de neige et de glace ont diminué et le niveau des mers s’est élevé. Entre 1901 et 2010, le niveau moyen global de la mer a augmenté de 19 cm car les océans se sont élargis à cause du réchauffement et la glace a fondu. La banquise arctique s’est rétractée durant chaque décennie depuis 1979, la perte de banquise atteignant 1,07 millions de km² par décennie
 Vu les concentrations actuelles et les émissions continuelles de gaz à effet de serre, tous les scénarios sauf un montrent qu’à la fin du siècle, l’augmentation de la température globale dépassera 1,5 degré Celsius par rapport à la période allant de 1850 à 1900.. Le niveau moyen des mers devrait augmenter de 24 à 30 cm d’ici à 2065 et de 40 à 63 cm d’ici à 2100. La plupart des effets du changement climatique persisteront pendant de nombreux siècles même si l’on met fin aux émissions
 Les émissions globales de dioxyde de carbone (CO2) ont augmenté de près de 50 % depuis 1990
 Les émissions ont augmenté plus rapidement entre 2000 et 2010 que durant chacune des trois décennies précédentes
 Il est encore possible, en utilisant tout un arsenal de mesures technologiques et de changements de comportement, de limiter à deux degrés Celsius l’augmentation de la température moyenne globale comparée aux niveaux préindustriels
 Des changements institutionnels et technologiques majeurs devraient faire en sorte que le réchauffement climatique ne dépasse pas ce seuil

Collège Charloun Rieu – rue des Galoubets - 13310 Saint Martin de Crau Tél : 04 90 47 02 22 – Responsable de publication : Mme Lorenzetti
Dernière mise à jour : mercredi 27 mai 2020 – Tous droits réservés © 2008-2020, Académie d'Aix-Marseille